auto portrait biwi
Qui suis-je ?

Un peu de moi pour vous

Travailler avec Bonheur, se lever chaque matin en étant impatiente de démarrer sa journée professionnelle, ça change la vie!

1- Ca, c’était avant…

J’ai fait moult professions, dans moult départements… certains m’auraient jugée instable, hyperactive, peut-être même ingérable… alors que derrière cette vague d’activités, se cachait le vrai défi de ma vie.

J’ai démarré pendant mes études de Sport à enseigner les activités physiques auprès des personnes handicapées. Pour aller au bout de ma passion équestre, j’ai fait mon monitorat, me spécialisant dans les pratiques équestres adaptées, tout en ouvrant mon statut d’autoentrepreneur de coach sportif en entreprise. Après avoir achevé mon cursus en fac de Sport (DEA), j’ai translaté tranquillement et avec une certaine aisance, je peux le dire, vers un second DEA de Sciences Politiques. Sortie de là, j’ai rapidement intégré l’Association des Paralysés de France, comme directrice départementale de l’Aisne… Chaque poste, que j’ai pu occuper, m’a apporté une expérience unique, mais à chaque fois, très rapidement, j’ai senti que j’avais fait le tour de la question et qu’il me fallait relever d’autres défis pour assouvir mon hyperactivité.

autoportrait barbara weber

Autoportrait réalisé en 2017 pour une étude menée par l’Université de Strasbourg sur « Que sont devenus nos universitaires »

2- Le temps de la réflexion…

Episode, indispensable… mais je réalise bien que chacun n’a pas la chance de pouvoir prendre le temps. Je fais donc partie de ces quelques privilégiés et j’en ai pleinement conscience. Avec le soutien de mon mari, j’ai stoppé net cette course au travail (im)parfait. Pour découvrir, ou plutôt re-découvrir, avec bonheur l’instant T, immortalisé à travers mon objectif. La joie de faire une pause photo ou plutôt faire prendre une pose photo! Travailler sur les individualités, sur l’autre. Faire transparaitre les personnalités. Je ne parle pas de beau ou de laid. La valeur esthétique des gens m’importe peu. Non, je m’intéresse au cœur même de l’humain!

3- Je me forme, m’informe et me transforme.

Je n’ai pas décidé de devenir photographe au début. C’est la profession qui m’a happée. De mes expériences photographiques, mes proches m’ont poussée à aller plus loin. Une rencontre aussi avec un vieux de la vieille. Un photographe plein de bon sens pour qui les rêves s’essayent.  Et pourquoi pas? Et enfin, le droit à l’image… une histoire de parent-photographe qui pour donner des fichiers à l’école de son enfant se voit ouvrir son ancien statut d’auto-entrepreneur à la photographie (c’est vite résumé, mais c’est un peu ça). Pour moi, baignée dans la culture universitaire où le diplôme a plus d’importance que l’être, j’étais alors une « usurpatrice ». Estime de soi intolérable, j’allais renoncer… quand, un jour, la Corporation des Photographes m’a rappelée à l’ordre… à l’époque l’obligation d’y adhérer était inhérente à l’immatriculation Urfassienne de mon nouveau statut. Dès lors je bénéficiais de formations à la photographie, au marketing, à tout ce qui peut enrichir ma pratique et ma nouvelle profession. Mais surtout, je rencontrais des gens juste extraordinaires.

La première formation à laquelle je me suis rendue, j’y suis allée la boule au ventre. Que vont penser les photographes de cette Pimbêche qui vient là se disant photographe? Oh non, je ne me prétendais pas photographe. Je ne me prétendais rien du tout en fait. Et je n’étais pas bien fière de moi. Mais voilà qu’autour de moi, je rencontre d’autres « recyclés de la vie », d’autres « passionnés de photo », mais pour leur part professionnels assumés, d’autres « personnes sans prétentions » qui m’ont accueillie sans me juger.

Alors évidemment, on en redemande! Bientôt 7ans! Bientôt 10ans à présent que je me nourris de toutes ces richesses humaines, techniques, pratiques… et seulement quelques années que j’assume d’être photographe. Que je signe de mon nom mes clichés.

4- Chaque jour un nouveau défi

A présent, je ne passe plus de job en job, mais je saute avec joie de projet en projet! C’était ça la clé! Avoir un boulot, qui me sorte de ma zone de confort quotidiennement. Avoir un boulot, qui me fasse grandir et m’épanouir chaque jour. Avoir un boulot, si riche dans sa diversité qu’une vie ne me suffira pas à en faire le tour. Aucune importance! Je reviendrai!

Alors, je relève les défis. Vos défis!  Privés ou Professionnels.     J’ai autant de plaisir à fixer sur l’écran les éclats de rire d’un enfant, à retranscrire l’image du professionnel que vous êtes et que vous souhaitez communiquer,  qu’à vous allécher au travers d’une image gourmande d’un beignet dégoulinant de confiture.

Devant l’objectif, il y a vous, vos craintes, vos espoirs et vos envies!

Derrière l’objectif, il y a moi, mon histoire, ma folie et mon regard.

Sur le tirage, il y a ce que nous écrirons ensemble.

J’ai hâte de vous rencontrer et d’aller avec vous vers de nouvelles aventures photographiques 🙂

                                                              C’était « un peu de moi pour vous » à très bientôt !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *